X

ARTICLES ET PUBLICATIONS

Liste des publications


Raymond Leyris et les autres musiciens Les juifs dans l'Iran actuel En Iran les juifs ont eu un destin particulier ... Un aperçu sur la Révolution Islamique de 1979 et ses minorités. La communauté juive d'Iran et l'Etat d'Israël. Rita, une chanteuse israélienne née en Iran La deuxième guerre mondiale et la communauté juive en Iran face du nazisme La revue Binâ, éditée à Téhéran, est le reflet de la communauté juive d'Iran L'Histoire des Juifs d'Iran (Târikh-e yahud-e Irân) écrit par Habib Levi. Un aperçu sur le rôle joué par la minorité juive pendant la Révolution Constitutionnelle de 1906 à 1912. Un aperçu sur les commerçants juifs en Iran. Un aperçu sur les tapis persans et les Juifs Un aperçu sur la culture des juifs en Iran. Un aperçu sur l'Alliance israélite universelle en Iran. Thèse soutenue en Sorbonne Extraits des livres en persan traduits en français Les conferences ENGLISH TRANSLATIONS
RETOUR

Rita, une chanteuse israélienne née en Iran


Auteur Alain Chaoulli - 06/2016

La chanteuse Rita Jahanforuz est née en 1962 à Téhéran, en Iran. En 1970, alors âgée de 8 ans, elle immigre en Israël avec sa famille qui l'éduque aux sons de chants persans. Considérée comme la reine de la Pop israélienne, Rita, cette diva de la musique israélienne, vient de sortir un album entièrement en persan, la langue de l'Iran. Elle tient à préciser que cet album n'est pas un acte politique. Il s'agit plutôt d'un retour aux sources. Les chansons sont composées de ballades iraniennes chantées en langue persane -- L'album en question, Mes joies, est devenu disque d'or en trois semaines en Israël. En Iran, l'album s'arrache au marché noir et ce, en dépit des tensions croissantes entre Jérusalem et Téhéran. Rita précise « Je mêle l'hébreu au persan, je prouve que cela est possible ». 
Il y a 250 000 Juifs iraniens qui vivent en Israël, dont Rita est probablement la plus célèbre et la plus aimée. Elle a été nommée par le pays comme meilleure chanteuse des 60 dernières années durant les célébrations de l'anniversaire de la naissance de l'Etat d'Israël en 2010. 
En Iran, les fans les plus déterminés utilisent des logiciels sophistiqués pour contourner les contrôles serrés d'internet du régime islamique afin de télécharger l'album. Ainsi les chansons sont diffusées dans les célébrations des fêtes les plus diverses et dans les discothèques clandestines à travers Téhéran.
Rita Jahanforuz, cette iranienne de 50 ans, chanteuse juive, qui est connue par son prénom, rappelle, dans un entretien : « Ils ont tout dit, tu veux écrire un album dans la langue de Mahmoud Ahmadinejad ? Qui va l'écouter ? Je ne sais pas pourquoi je le fais, mais je le fais. C'est comme si quelqu'un craquait une allumette. Ce qui se passe aujourd'hui défie totalement mon imagination ». Quand on insiste pour savoir qui sont les gens qui apprécient ses chansons, elle s'exclame : « Ce sont les vraies personnes ! Elles comprennent que je suis en train de montrer la véritable culture iranienne, sa véritable beauté, qui est perdue aux yeux du monde extérieur à cause de son gouvernement ». Se réjouissant de représenter les deux cultures chères à son coeur, Rita confiait lors d'un récent concert aux Etats-Unis que « la musique peut être un pont, quand bien même des régimes autoritaires construisent des murs entre nous ». 
Les juifs sont iraniens depuis très longtemps et ils ont une intégration très ancienne à la culture persane. Et la musique traditionnelle iranienne a été, pour les juifs, une source d'inspiration. A travers la musique, ils ont pu en même temps aller à la découverte du monde de l'autre, pour comprendre son processus de réflexion et d'action. C'est ainsi que Rita Jahanforuz affirme son attachement à ses racines iraniennes mais elle est aussi fière d'être israélienne. 
A l'instar de Rita, les juifs d'Iran ont intégré cette musique dans leur identité en participant avec plaisir aux diverses manifestations solennelles qui apportent un sentiment de sécurité suscité par l'identification au groupe. Et c'est une expérience communautaire qui renvoie à des racines profondes et authentiques.
Rita se souvient d'avoir vu son père assis, collé à la radio, fumer cigarettes sur cigarettes. Lorsqu'elle a demandé ce qui n'allait pas, elle se souvient de sa mère lui disant qu'il y avait une guerre en Israël : la guerre des six jours de 1967. Rita avait posé alors la question : « Je ne comprends pas l'idée de la guerre. Je peux comprendre qu'une personne ou qu'un couple puisse être en colère l'un contre l'autre, mais comment comprendre la colère de tout un pays contre un autre ? ». 
Quelle a été l'influence de la modernité dans les traditions juives ? Il semble que la musique ait été l'un des facteurs de sa préservation. Et en outre, dans son universalité, la pensée juive a tenté, avec sa sensibilité, de pousser le potentiel de la musique à opérer une force salutaire en faveur de la raison et de la tolérance. 
A l'époque actuelle, conscients de l'imminence du danger, nombreux sont les anonymes qui tentent d'apaiser les tensions, notamment par l'intermédiaire de l'art, à l'image du collectif United4Iran, qui regroupe des artistes, ou, plus récemment, via la campagne We love you Iran, lancée par un designer israélien et propagée sur Internet. L'action de la chanteuse Rita Jahanforuz pourrait aller dans le sens d'une conciliation et d'un rapprochement entre les peuples d'Iran et d'Israël. 
C'est à travers la musique, porteuse d'émotions fortes qu'un message pacifique a été apporté par Rita, une personnalité étrangère à la scène politique. Et ce message a rencontré un immense écho en Israël et en Iran.



 




RETOUR


 
X